Le guide de votre bien-être à domicile

Graine et germoir

Actualités

Graines germées : les essentiels à retenir

Ces jeunes pousses, obtenues par le processus de germination, comportent des propriétés nutritionnelles bien supérieures aux graines sèches. Riche en vitamines (A, B2, B3, B12, C, D, E, K), en minéraux, en protéines, en oligo-éléments, en acides aminés essentiels assimilables et en enzymes, les propriétés des graines germées se révèlent ainsi lors de leur croissance, au contact de l’eau, de l’air et de la chaleur. « Dans un germe de blé, on trouve même certaines molécules, telles que la vitamine C, que l'on ne trouve pas dans le grain de blé », explique Soizic Coudière, diététicienne nutritionniste, spécialisée en Nutrition du sportif.
Simple à cultiver, il est tout à fait possible de faire germer ses graines soi-même dans un petit coin de la cuisine. « Cela ne prend que quelques jours et ne demande aucun matériel coûteux. Seul un germoir ou à défaut un bocal et du tulle feront l’affaire », révèle la diététicienne.


Quelles graines peut-on faire germer ?
Disponibles en magasins diététiques, il est possible d'utiliser presque toutes les graines germées dans l'alimentation :
les légumineuses : alfalfa (ou luzerne), fenugrec, haricot mungo, lentille, pois chiche ;
les céréales : avoine, blé, maïs, millet, orge (non mondée), sarrasin, seigle, quinoa, riz ;
les oléagineux : sésame, tournesol, amandes, noisettes ;
les légumes : brocoli, carotte, céleri, choux, épinard, fenouil, navet, oignon, poireau, persil, radis ;
les mucilagineux : cresson, lin, roquette, moutarde.
Toutefois, il existe des exceptions. En effet, certaines graines comportent des parties toxiques. « Il ne faut surtout pas faire germer les graines de tomate (et solanacées en général), ni celles d'aubergine et de rhubarbe », met en garde l’experte.

Comment consommer les graines germées ?
Evidemment, il est préférable de les manger crues afin ne pas dégrader les vitamines et les enzymes qu’elles contiennent. En revanche, certaines légumineuses et céréales à enveloppe plus dure sont plus difficiles à digérer. La nutritionniste préconise alors de les faire cuire à feu doux (maximum 40°) pour les rendre plus digestes.
« On peut utiliser les graines germées en tant que condiment, en les ajoutant dans les salades et sur les plats de crudités, dans les céréales du petit déjeuner, ou encore sur des plats chauds juste avant de servir », conseille Soizic Coudière. De quoi donner plus de saveurs à vos plats et plus d’énergie à votre corps !

Les appareils ‘healthy’ que les stars s’arrachent

-Vapok : le cuit vapeur à 249 euros
On ne présente plus le cuiseur vapeur, le Graal d’une alimentation saine et vitalisante qui permet de cuire sans matière grasse et de faire rimer goût et légèreté.
Pourquoi on aime le cuit vapeur Vapok ? En cuisant à la vapeur douce, jamais à plus de 95 °C, légumes, viandes et poisson se cuisinent rapidement et facilement tout en préservant les vitamines et minéraux. Idéal aussi pour cuire à la vapeur, poissons, céréales, œufs, desserts, pâtes, crèmes, compotes, …. Mais aussi réchauffer, maintenir au chaud, cuire au bain-marie…

-Nutribullet : l’extracteur de jus green star à 159 euros
Impossible d’avoir échappé au phénomène du green juice, la boisson des stars qui se sirote été comme hiver pour faire le plein d’énergie, de vitamines, d’oligoéléments et d’antioxydants.
Pourquoi on aime le Nutribullet ? A la différence du blender, ce « beauty food » rejette la pulpe en extrayant le jus du fruit ou du légume. Le meilleur moyen de concentrer les éléments nutritifs essentiels à notre santé dans de délicieux et originaux smoothies, jus ou veloutés, riches en vitamines et en saveurs. Idéal pour une cure de vitalité !

-Easygreen : le germoir automatiqueà 289 €
Source de nutriments, concentrant un nectar de bienfaits essentiels (vitamines, minéraux, oligoéléments) les graines à germer font fureur dans nos assiettes. Adoptées par les adeptes du raw food, elles sont faciles à faire pousser chez soi si on dispose des bons outils. Le germoir électrique est entièrement automatisé pour faire pousser rapidement sans écueil, herbes de blé et graines à germer.
Pourquoi on aime le germoir easygreen ? Automatique, il régule le peu de quantité d’eau dont il a besoin pour faire pousser les graines. Intelligent, il est équipé d’un programmateur à 96 positions pour ajuster les cycles de brumisation au climat et aux variétés de graines. Et équipé de plusieurs plateaux, il permet d’échelonner sa production de graines germées. Essentiel !

Manger seulement du cru : la tendance du Raw Food

S’il est difficile, et absolument pas recommandé, de passer à une alimentation crue du jour au lendemain, rien ne nous empêche de faire nos premiers pas en crusine… Pour cela, voici les conseils de quelques spécialistes.

-Thierry Casasnovas propose des stages (regenere.org) autour de l’alimentation vivante. Une nouvelle façon de se nourrir que ce physicien de formation a découvert alors qu’il était malade et qui l’a aidé a retrouver la santé.
Ses conseils pour débuter : « Plutôt que de penser à enlever des aliments, pensez à en ajouter. Par exemple, au goûter, mangez des fruits avant vos gâteaux secs. Au fur et à mesure, vous pourrez vous passez des gâteaux. Sur les repas pris en commun, par exemple à la cantine le midi, c’est plus compliqué. Mais vous pouvez vous préparer des jus de légumes, grâce à un extracteur de jus, et en boire un verre avant chaque repas de la journée. Cela représente déjà beaucoup de légumes et vous verrez rapidement les bénéfices. Côté recettes, on débute avec un jus de carotte ou céleri branche et pomme. »
Son conseil santé : « Focaliser uniquement sur l’alimentation, c’est se mettre la pression. Si vous travaillez trop, que vous ne dormez pas assez, ça ne suffira pas de bien manger. On peut attendre de l’alimentation qu’elle résolve les problèmes qui lui sont liées, pas tout. Le rythme de vie et l’alimentation sont deux facteurs importants à prendre en compte ensembles. »

-Violaine Bergoin est chef et crudivore. Cette passionnée de raw food a fait les Beaux-Arts avant de partir en Angleterre où elle a organisé ses premières soirées autour de la cuisine crue. De retour en France, elle a été chef du restaurant 42°C, spécialisé dans l’alimentation vivante puis chez Sol Semilla. Elle projette aujourd’hui d’ouvrir une pâtisserie raw à Paris.
Ses conseils pour débuter : « Vous pouvez commencer par un petit-déjeuner cru : un smoothie avec des fruits, du lait d’amande, de la purée de sésame ou de noisettes. Vers 10h, si vous avez faim, prévoyez un encas comme des boules à base de noix et de dates que vous aurez préparées, des toasts au pain essène, un pain cru que l’on trouve dans les magasins bio. Lorsqu’on débute la journée comme ça, on a généralement envie de continuer. »
Ses conseils pratiques : « La cuisine crue est très ludique, n’hésitez pas à crusiner avec vos enfants. Il y a beaucoup de matières qui rappellent la pâte à modeler, on peut s’amuser avec des emporte-pièces. Côté saveurs, ils aimeront sans souci les chips de Kale (feuilles de chou Kale marinées puis séchées au four), le crutella dont on trouve de nombreuses recettes sur internet. À terme, se mettre à la raw food demande un peu de matériel : un bon blender pour les smoothies, un déshydrateur pour fabriquer des crackers et faire sécher des fruits, éventuellement un germoir pour les graines. Mon must : le petit robot Tribest qui vaut une centaine d’euros, qui permet de faire des farines et des smoothies et que je peux emporter partout.

-Christophe Fender est directeur de publication du Chou Brave, un journal trimestriel sur l’alimentation vivante. En surpoids, il s’est intéressé à la raw food il y a quatre ans. Très vite il a perdu du poids et n’a plus été gêné par son asthme ni ses allergies.
Ses conseils pour débuter : « Essayez les graines germées. C’est facile à faire. Il suffit de déposer des graines à germer d’origine biologique dans le fond d’une passoire et d’arroser d’eau matin et soir. Au bout de trois jours environ, on obtient de belles graines germées que l’on peut saupoudrer sur une salade. Elles apportent énormément de nutriments. Une autre chose amusante à tester : déshydrater soi-même des aliments. Par exemple faire des crackers en mélangeant des graines germées, un peu de graines de lin moulues pour le liant et des carottes râpées. On peut ajouter des épices comme du gingembre ou du poivre. Il suffit ensuite de mettre les crackers au déshydrateur pour 4-5 heures ou au four à 50°C avec la porte entrouverte. »
Son conseil santé : « Ne foncez pas tête baissée dans un régime crudivore, vous en reviendriez dégoûté. Prendre le temps de la transition est important. Il faut des semaines, voir des mois pour habituer son organisme. Commencer par un repas cru par jour et quoi qu’il arrive, mangez déjà des fruits chaque jour, c’est déjà bien. »

Faire germer les graines à la maison: les meilleures précautions

Il arrive que les graines sèches soient porteuses de micro-organismes pathogènes, ces derniers pouvant survivre durant de nombreux mois. C'est pourquoi les graines destinées à être consommées sous forme germée font l'objet de précautions particulières lors de leur production et de leur distribution. Tout est mis en oeuvre pour que, au champ, elles ne soient en contact ni avec du fumier, ni avec de l'eau contaminée, et pour qu'aucune contamination ne puisse avoir lieu lors de la récolte, du battage, du séchage ou du transport des graines, jusqu'au conditionnement. Pour les semences potagères en revanche, les exigences sanitaires sont moindres, et le risque de contamination par des agents pathogènes (salmonelles, Listeria monocytogenes, Shigella, certaines souches d'E. coli...) est beaucoup plus élevé. D'autre part, ces graines destinées à être semées au jardin subissent parfois des traitements fongicides qui les rendent d'autant plus impropres à la consommation. Enfin, préférez les graines d'origine française ou européenne : les normes d'hygiène dans certains pays hors UE sont beaucoup moins strictes que les nôtres (ainsi, les graines à l'origine des récentes infections par une souche d'Escherichia coli pathogène, en Allemagne notamment, provenaient d'Egypte).

Nettoyage des graines
Les graines sèches doivent être au minimum soigneusement rincées à l'eau propre avant d'être utilisées. Les plus méfiants pourront aussi envisager l'utilisation de solution désinfectante qui sera bien rincée par la suite (solution d'eau de Javel très diluée, d'hypochlorite de calcium...).

Hygiène du matériel et des mains
Tous les récipients et ustensiles avec lesquels les graines entrent en contact doivent être soigneusement nettoyés et désinfectés avant utilisation : bol utilisé pour le trempage, passoire pour l'égouttage, germoir, bocal de germination... Lavez-vous également bien les mains au savon avant chaque manipulation.

Qualité de l'eau utilisée
Pour le trempage et les rinçages successifs en cours de germination, utilisez bien évidemment de l'eau potable : eau en bouteille ou eau du robinet. L'eau du robinet, outre son prix très nettement inférieur à celui de l'eau en bouteille, présente l'avantage d'être traitée pour éviter les développements bactériens ou fongiques (moisissures). Si une légère odeur de chlore est certes gênante pour l'eau de boisson, dans le cas des graines germées, elle est une garantie d'hygiène.

Conservation des graines germées
Lorsque les germes ont atteint le stade de développement souhaité, conservez-les dans une boîte fermée qui sera placée au réfrigérateur (5°C environ). Consommez-les dans les jours qui suivent et n'hésitez pas à les jeter dès que des signes de flétrissure apparaissent.

Graines germées du commerce
Les graines germées achetées au rayon frais des magasins bio ou des grandes surfaces sont soumises aux mêmes sources potentielles de contamination. Pour mettre toutes les chances de votre côté, voici quelques précautions simples à respecter :
• Achetez seulement les graines dont l'état de fraîcheur est visiblement optimal ;
• Respectez les dates de péremption indiquées sur l'emballage ;
• Réfrigérez les graines germées aussitôt après l'achat ;
• Rincez les germes avant de les consommer.

Sécherie de la forêt de Joux : l’unique sécherie de l’ONF en France

Les graines des arbres acheminées et triées à la sécherie, servent bien entendu à l’ONF ‘(Office Nationale des Forêts), mais sont aussi vendues à des pépiniéristes privés. Avant d’être commercialisées, elles subissent une série de tests au sein même de la sécherie.

La sécherie de la forêt de Joux, située à Supt, est l’unique sécherie de l’ONF en France. « Notre mission est de pouvoir fournir l’ensemble des personnes de l’ONF qui auraient besoin de certaines espèces d’arbres, explique Jimmy Equenot, responsable de la sécherie. Notre usine permet d’extraire les graines, de les trier et de les conserver en chambre froide. De 2010 à 2015, nous avons vendu 95 % des graines de résineux à des pépiniéristes privés et 5 % à l’ONF, et pour les feuillus, 42 % à l’ONF et 58 % aux privés. »
Ces graines ou cônes sont ramassés par des grimpeurs indépendants aux quatre coins de la France dans des parcelles classées, et sont acheminés jusqu’à Supt pour être triés. Mais avant de pouvoir être commercialisées, les graines subissent toutes sortes de tests, au sein de la sécherie. Des premiers tests rapides sont effectués à chaque arrivage de graines pour estimer la valeur des lots, vérifient qu’aucun champignon ne se développe. Et tous les ans, Nathalie Morin et Corinne Chambard, opérateurs au laboratoire, reprennent tous les stocks de graines conservés en chambre froide : en juin, juillet et août pour les résineux et de septembre à octobre pour les feuillus. « On fait une analyse complète de tous les lots, pour savoir s’ils sont commercialisables ou non, ou s’ils ont besoin d’un nouveau tri », explique Nathalie Morin. « Quand on vend les graines, on doit fournir leur faculté germinative, leur teneur en eau, leur poids et leur pureté », ajoute Jimmy Equenot.

Dans un nouveau « germoir » inauguré début juillet, Corinne Chambard a mis de nombreuses graines à germer. « Il existe des graines dormantes qui ont besoin de froid avant de pousser, comme le douglas, explique-t-elle. Après six semaines en chambre froide, on les met 4 semaines au germoir. Toutes les semaines, on fait des relevés. Cela nous donnera leur faculté germinative. » À quelques pas, au laboratoire, Nathalie Morin étale des graines sur sa table. « J’ai pesé mon échantillon, j’ai enlevé les impuretés et je pèse à nouveau mon lot : cela va nous donner sa pureté. En dessous de 98 %, il faudra trier à nouveau les graines. » Les plus vieilles graines conservées par la sécherie datent de 1980, mais ne sont pas commercialisées.

Lilo smart : start-up française du Prêt à Pousser

Les plantes connectées représentent le nouveau fleuron de nombreuses start-up qui voient tout le potentiel de cette tendance en pleine expansion. Si les allées du CES sont remplies de germoir connecté et de potager urbain, Parrot s'est également essayé à cet exercice avec dans un premier temps son Flower Power, puis son Pot qui sera commercialisé d'ici la fin du mois.

Lilo Smart de Prêt à Pousser est la version connectée du Lilo, pensé pour les jardiniers novices qui, bien trop souvent, laissent leurs plantes et aromates dépérir. Pour ceux qui, chez eux, manquent de lumière, qui s'adonnent à un rythme frénétique ou bien qui, tout simplement, n'ont pas la main verte, Lilo Smart peut s'avérer être une solution connectée efficace et pour cause. Lilo apporte de la lumière artificielle grâce à une rampe de leds dont la hauteur est parfaitement ajustable selon la pousse des aromates et respecte les cycles de jour et de nuit nécessaires à la photosynthèse. L'apport en eau est aussi automatisé et toutes ces informations sont accessibles depuis l'application dédiée, disponible sur iOS et Android.

Connecté en Wi-Fi au smartphone de l'utilisateur, Lilo Smart envoie des alertes pour que l'utilisateur puisse ajouter de l'eau dans le réservoir si c'est nécessaire. De nombreux conseils sont délivrés et non des moindres. En effet, le système est capable de détecter le moment idéal où l'herbe aromatique est prête à consommer. L'application donne des conseils sur la manière la plus adaptée pour procéder à la récolte et délivre en sus, quelques recettes pour les utiliser dans les meilleures conditions. De nombreux capteurs sont embarqués et veillent au grain sur l'évolution de la plante.

Depuis l'application, l'utilisateur va pouvoir régler la luminosité des leds. À quoi bon, pensez-vous ? D'après les retours utilisateurs de Prêt à Pousser, nombreux sont ceux qui se servent de Lilo comme lampe de chevet. Incroyable, mais vrai ! De ce fait, l'intensité de la lumière peut être définie selon les besoins de l'utilisateur dans une certaine mesure bien évidemment. Il nous a été confirmé que le réglage des leds n'avait aucun impact sur les besoins des plantes...

Aujourd'hui, 12 plantes sont proposées au catalogue de Lilo, mais les possibilités sont nombreuses et les ambitions de la start-up sont telles que le équipes entendent bien décliner des aromates accompagnant les repas du matin jusqu'au soir. Les adeptes de cultures bio ne sont pas en reste avec une sélection qui leur est dédiée. Les plantes germent et grandissent depuis la capsule biodégradable qu'il faut tout simplement insérer dans Lilo et que l'utilisateur doit renouveler tous les trois mois. La démarche est non seulement ludique, mais aussi pédagogique.

Enfin, là où Prêt à Pousser crée la surprise, c'est en lançant en novembre la version connectée de son Lilo, moins chère que la version non connectée. Comptez 119 € pour Lilo et 99,90 € pour Lilo Smart. Une première quand on sait que de nombreuses entreprises n'hésitent pas à augmenter le prix de leurs produits juste parce qu'ils sont connectés. Cet objet de déco, compact et épuré, est une jolie idée pour apporter un peu de verdure dans les intérieurs urbains.

BioSnacky : la gamme de référence pour les graines germées

Manger des graines germées, c’est apporter dans votre alimentation un condiment végétal de haute qualité avec des valeurs nutritives riches et complètes. Pour garnir les plats, en apéritif ou en salade, les graines germées apportent fraicheur originalité à vos plats. La marque A.Vogel vient de lancer une gamme de graines à germer et de germoirs avec plusieurs variétés de produits riches en vitamines, minéraux et oligo-éléments.

La gamme A.Vogel s’appelle BioSnacky. BioSnacky propose 14 différents sachets de graines. Les classiques Single sont des sachets de graines seules comme luzerne, cresson, radis, trèfle rouge, fenugrec, froment (germe de blé) ou haricot mungo. Ils se vendent soit par pack de 40g (de 1,58 euros à 2,10euros), soit par pack de 200g (de4,12 euros à 6,98euros). Les paquets mélanges comportent plusieurs graines dans un même sachet. La composition est faite de sorte que le goût sorte mieux. Les paquets mélanges comprennent sept variétés selon la préférence : le pack mélange aromatique doux, aromatique fort, le pack vitalité, le pack gourmet, le pack fitness, le pack bien-être et le pack asiatique. Les sachets de 40g se vendent à 1,72 euros et les sachets de 200g à 6,08 euros.

Rappelons que la gamme BioSnacky dispose également de quatre différents germoirs à savoir le bocal en verre ( 6,90 euros), le mini-germoir (13,52 euros), le germoir classique (19,35 euros), et la mini-serre (21,45 euros).

Faire germer ses graines sans germoir : nos conseils pour une bonne germination

Les graines germées, c’est quoi ? Et bien, ce sont ces petites pousses végétales qui décorent nos plats après quelques jours de germination. Véritable concentré de vitamines et minéraux, les graines germées se consomment crues ou cuites et apportent à vos recettes de la fraicheur ou du croquant !

Il est possible de faire germer de nombreuses graines comme le quinoa, les lentilles, le fenouil ou le fenugrec ou l’alfalfa. Mais pour commencer une germination sans germoir, nous vous conseillons les graines de luzerne ou alfalfa car elles sont faciles à germer, ont un goût doux et possèdent une valeur nutritionnelle complète. Pour faire germer vos graines sans germoir, vous aurez besoin : d’un bocal en verre (de grande contenance c’est mieux), d’un élastique et de gaze stérilisée ou un morceau de toile moustiquaire ou de lange en coton.

Pour la germination, procédez comme suit : mettez une petite quantité de graines dans le bocal et recouvrez-les d’eau. Le trempage doit durer une nuit. Au matin, rincez-les puis placez le morceau de toile ou la gaze sur le dessus du bocal et fermez avec l’élastique. Retournez ensuite le bocal sur une assiette en mettant sous la gaze ou le morceau de toile une cuillère en bois pour laisser passer l’air. Le rinçage doit se faire deux fois par jour pour garder les graines bien humides. Le temps de germination varie selon vos graines. La luzerne par exemple a besoin de 3 à 6 jours pour bien germer, pour le radis noir il faut 2 à 3 jours et pour le tournesol décortiqué 0 à 2 jours.

Graines germées : une valeur nutritionnelle indéniable

Phénomène de mode, le manger sain a ses bienfaits et les graines germées sont de véritables bombes nutritionnelles. Elles se consomment crues pour une salade et cuites pour apporter de la saveur ou du piquant aux viandes. Les graines germées sont disponibles en barquette sous vide dans les magasins bio mais il est également facile de les cultiver soi-même à la maison avec ou sans germoir. Ce sont de concentré de vitamines exceptionnelles des plus naturelles.

Les graines germées sont de véritables sources de minéraux car elles sont riches en fer, magnésium, calcium, potassium et cuivre. Reconnues par leur fort apport en fibre, elles apportent aussi des vitamines A, C, E et B, des oligo-éléments, acides aminés, acides gras et protéine. Grâce à leur saveur particulière, piquante, poivrée ou acidulée, elles se concoctent avec plusieurs variétés de plats et les recettes sont très appréciées aussi bien des petits que des grands.

Parmi les graines germées les plus consommées, on retrouve :
-Le fenugrec : réputé par les romains grâce à ses actions sur la santé. Le fenugrec contient 28% de protéines et de l’huile riche en lécithine, du fer et du phosphore organique.
-L’Alfalfa ou luzerne : c’est la graine germée la plus dynamisante car son apport en protéine est très élevé. Elle est riche en minéraux et vitamines A, B1, B2, B3, C, D, E, F, K et U. Les graines de lentilles, de pois chiches, d’orge, de fenouil et de tournesol partagent aussi les mêmes valeurs nutritionnelles.
-Le radis : est recommandé pour les personnes qui ont des problèmes respiratoires et c’est aussi un excellent désintoxiquant du foie et draineur pour les reins
-Le soja vert : facile à cuisiner, cru ou cuit, il a une saveur légère agréable. Le soja vert est riche en minéraux, vitamines B et c et en fibres.

Tout savoir sur le germoir électrique EasyGreen

Le germoir électrique automatise la culture des graines germées et préconise une simple manipulation pour que la germination soit accessible à tous. Avec un germoir électrique il n’est plus nécessaire d’en savoir plus sur les opérations de trempage, d’arrosage ou de rinçage, il suffit de placer les graines, l’eau et de brancher l’appareil.

Le germoir EasyGreen est un appareil électrique transparent comme une serre de 20 cm de hauteur. Il permet une culture avec ou sans terre et peut accueillir des graines germées ou de jeunes pousses. En effet, les dimensions de l’appareil sont spécialement étudiées afin de permettre la culture de l’herbe à blé ou d’orge durant 6 à 8 jours. Dès que la hauteur des herbettes atteigne l’enceinte, le plateau est placé à l’extérieur de l’EasyGreen pour être exposé à la lumière durant 1 à 3 jours. Une nouvelle culture est alors possible avec des plateaux libres.

EasyGreen assure l’arrosage des graines de façon dynamisée et ventilée régulièrement avec de l’eau propre dispersée en fin brouillard toutes les 15 minutes et environ 6 à 8 fois par jour grâce à un programmateur facile à utiliser qui calcule l’hygrométrie. La brumisation régulière apporte l’humidité nécessaire pour une bonne condition de germination. L’oxygénation de la germination s’effectue aussi durant la brumisation par le biais de légère surpression dans la serre. Ce procédé règle la température également. Les graines se transforment sous vos yeux et la croissance est plus accélérée que par rapport à un germoir classique.

Le germoir connecté : l’accessoire pour débutant

Durant le CES 2015 qui s’est déroulé à Las Vegas, l’entreprise française Home to nature a présenté un germoir connecté et intelligent qui assure le rôle de coach pour les adeptes des graines germées. Avec la tendance ‘manger sain’, la consommation des graines germées est de plus en plus répandue à cause des valeurs nutritives qu’elles proposent mais aussi l’esthétique qu’elles apportent aux plats.

Le germoir connecté Home to Nature est un accessoire qui permet automatiquement de choisir le temps de germination idéal en fonction des différentes variétés de graine. Son utilisation est simple : il suffit de déposer les graines dans le bac et c’est le germoir qui gère la pousse des graines. En effet, le germoir assure l’apport en eau nécessaire et prévient l’utilisation de la disponibilité de la récolte (environ 3 jours plus tard) grâce à une application mobile rattachée au germoir. L’inventeur de cet appareil affirme que l’utilisation du germoir connecté est plus économique car il consomme 8 fois moins d’eau que les procédés comparables et garantit une croissance 20% plus rapide qu’un germoir classique. D’ailleurs l’appli donne aussi des conseils et des informations concernant la germination et les graines germées. Elle propose également des idées de recettes adaptées à chaque goût. Home To Nature met aussi à la disposition des consommateurs une gamme de graines à germer avec des mélanges conçus sur-mesure et bio.

Le germoir connecté sera disponible sur le marché au cours de cette année mais son prix n’est pas encore indiqué. L’entreprise française envisage de recourir à des solutions de financements participatifs pour avoir le fond nécessaire et, à terme, distribuer son produit sur le marché international.

Graines de Chia : le superaliment que tout le monde s’arrache actuellement

La tendance est au naturel. Même les aliments n’y échappent pas. Après l’engouement que les baies d’Açai et les feuilles de Stévia ont sollicité auprès des consommateurs, c’est maintenant au tour des graines de Chia d’être la vedette. Ces petites graines noires, beiges ou grises sont de véritables stars dans le maintien de la forme et de la beauté.

La graine de chia qui se prononce ‘kia’ en français appartient à la famille de la sauge. Elle a été découverte en Mexique et au Guatemala car ce sont surtout les aztèques qui la cultivaient pour assurer de la nourriture pour le peuple. La graine de chia est devenue une plante populaire vers 1990 et depuis sa plantation s’est élargie dans toute l’Amérique centrale et du nord. On trouve également cette plante en Australie où elle a été importée par des voyageurs. Les graines de chia sont disponibles dans les magasins bio, les boutiques diététiques et les sites spécialisés. Elles se vendent en paquets ou en vrac.

Le Chia fait partie des graines oléagineuses tout comme le chanvre, le tournesol, le lin et le colza. Comme c’est une graine découverte récemment, beaucoup de la connaissent pas encore. Toutefois, les quelques boutiques où elle est disponible affirment qu’il y a rupture de stocks à cause de la forte demande. Riche en oméga 3, flavonols, antioxydants, calcium, magnésium, phosphore et protéines, la graine de Chia est une alliée beauté incontestée. Elle peut accompagner la salade, la pâte à pain ou le muesli matinal. Et pour trouver des recettes à base de Chia, le net fournit de nombreux exemples.

Un mode de vie adapté à la ménopause

Dans la vie d’une femme, la ménopause est une phase redoutable qui apporte des changements radicaux potentiellement handicapants. Pour les aider à supporter les symptômes, les médecins prescrivent des traitements hormonaux substitutifs mais celles qui en redoutent les effets secondaires peuvent se tourner vers des traitements naturels qui promettent un meilleur déroulement de la ménopause.

L’hygiène de vie

Dix ans avant la ménopause (vers 40 ans), faites tout le nécessaire pour avoir une alimentation saine et équilibrée enrichie par des ingrédients sources d’½strogènes : soja et germes de soja, graines de lin écrasées, graines d’anis, de tournesol, de sésame ou de citrouille pour prévenir la baisse de production de cette hormone à la ménopause. Vous pouvez également améliorer votre menu avec des haricots verts, des concombres, des pommes, des maïs, des betteraves, des olives, des ails, des pois ou des papayes tout en privilégiant les crucifères (légumes de la famille des choux) qui favorisent le maintien de l’équilibre hormonal et de la bonne santé. Par ailleurs, un bilan avec un naturopathe vous sera d’une grande aide pour avoir une stratégie préventive adaptée à votre cas.

L’hydratation

Boire un litre et demi d’eau par jour permet de surmonter les bouffées de chaleur. Une astuce qui va de paire avec la baisse de la ration alimentaire en graisses saturées, produits laitiers, viandes, sucreries. Pour vous aider à préserver la masse musculaire, le soja est efficace et il contient même des isoflavones, des régulateurs hormonaux qui se fixent sur les récepteurs cellulaires des ½strogènes pour les surveiller. A noter que notre organisme a besoin d’une dose journalière de 50 à 120 mg d’isoflavones pour calmer les bouffées de chaleur, prévenir l’ostéoporose et éviter les autres symptômes de la ménopause.

Graines germées bio de lentilles vertes : la consommation améliore les défenses naturelles

Les lentilles vertes cultivées sans engrais chimiques et de façon naturelle ont plusieurs vertus. Riche en micronutriments et en fibres, elles aident à prévenir certains problèmes de santé. Par rapport aux autres lentilles, les lentilles vertes disposent d’une peau fine et moins farineuse. Peu importe sa cuisson : en crudité, en purée ou en potage, elles n’éclatent pas à la cuisson. Son amande jaune contient un pigment bleu pour lui donner une couleur verte. Ce pigment bleu appelé ‘ anthocyane’ est présent aussi dans les cerises, framboises, aubergines, bleuets et les myrtilles. L’anthocyane est un antioxydant efficace qui contribue au ralentissement du vieillissement cellulaire.

Manger des légumineuses trois fois par semaine

Les graines germées bio de lentilles vertes sont une source de micronutriments indispensables à l’organisme comme les vitamines B1, B2, B3, B6, B12, C et A, le magnésium, le fer, le zinc, le potassium, le phosphore, le sélénium et le manganèse. Sa consommation aide à prévenir le cancer du côlon, la constipation et fait baisser le taux de cholestérol. Toutefois, les lentilles germées sont plus avantageuses que les lentilles cuites car elles stimulent les défenses naturelles et facilite le transport de l’oxygène et la production de globules rouges.

La consommation des légumineuses est conseillée trois fois par semaine pour bénéficier de toutes ses vertus. Cependant, il ne faut pas les manger avec une quantité importante de protéines animales pour faciliter la digestion. Vous pouvez manger les graines germées de lentilles vertes avec des céréales comme le pain, le riz, le sarrasin, le millet ou l’épeautre. Plusieurs recettes de graines germées de lentilles vertes sont disponibles sur le web.

Des graines germées pour une alimentation riche et variée

Très gouteuses et croquantes, les graines germées sont riches en oligo-élément, vitamines, minéraux ou acides aminées. Elles sont utilisées en salades ou en accompagnement pour émerveiller les convives. Pour en revenir aux valeurs nutritives, la définition du germe conduit à la partie de la semence qui va se développer pour donner naissance à une plante. Durant le processus de germination, les vitamines de la semence vont accroitre de manière exponentielle et c’est cette étape qui garantit une concentration importante d’enzymes et d’oligoéléments utiles pour la digestion. En tant que compléments du régime alimentaire, les graines germées deviennent une source d’alimentation vivifiante et saine.

Les vertus des graines germées

Une fois sorties du germoir, les graines germées renferment des qualités prouvées comme le renforcement du système immunitaire. Elles interviennent aussi dans la régénération cellulaire, l’amélioration des carences alimentaire, le renforcement du système osseux (phosphore).

Le choix des graines

Parmi les graines à germer les plus utilisées, il y a le blé, l’orge, le soja, les pois chiches, les lentilles, la luzerne, le cresson, le seigle, le quinoa et le fenugrec. Par exemple, le blé intervient en améliorant le système immunitaire tout en tonifiant les muscles, les artères et le c½ur ; la lentille et le funegrec sont conseillés aux anémiques car ils contiennent du fer et des vitamines A et D

Graines germées en cuisine

Pour réaliser vos graines germées, il suffit de les ranger dans le germoir de la cuisine et manger les pousses dès l’apparition des germes. Avant de réaliser les recettes à base de graines germées, il est conseillé de les rincer abondamment et de concocter des salades de pousses de graines à feuilles, des omelettes, des soupes ou des galettes.

Haricots mungo : les secrets d’une parfaite germination

Appelées à tord pousses de soja ou soja germé, les graines germées de haricots mungo sont très célèbres dans les recettes asiatiques. Du point de vue nutritionnelle, les haricots mungo germés sont très riches en vitamines A, B, C et E; en calcium, en fer, en magnésium, en potassium, en acides aminés et en protéines.

Avec la vague du fait maison, voici quelques astuces pratiques pour réussir des graines germées parfaites sans conservateurs et produits chimiques :
- Pour éviter le gâchis, bien calculer la quantité de graines germées à utiliser. Une tasse de haricots mungo suffit largement pour deux semaines car les graines germées redoublent de volume au résultat final.
- Avant de procéder à la germination : laver les graines de haricot dans de l’eau froide et renouveler le processus jusqu’à ce que l’eau soit vraiment claire. Puis, il suffit de les égoutter et les placer dans un germoir ou un bol qui sera rempli d’eau froide jusqu’à immersion totale des graines.
- Les faire tremper durant 8 à 12 heures.
- Après cette période, égoutter les graines, les rincer à l’eau froide, et les égoutter à nouveau.
- La germination sera parfaite dans un panier en bambou ou un pot ordinaire avec un tissu léger pour couvrir et faire office de système de drainage.
- Placer le panier dans un endroit sombre à température ambiante comme le comptoir de cuisine.
- Pour ceux qui recherchent des petites pousses et des racines de moins de 1 cm, il suffit de renouveler le processus de rinçage et d’égouttage toutes les 8-12 heures et les graines seront comestibles en 2 ou 3 jours.
- Les germes plus grands et les racines de 7 cm s’obtiennent après 4 à 5 jours de traitement.